J'ai choisi le metier de paysagiste

Lorsque, en 1984 je dis à un ami marocain que j’allais suivre une formation de paysagiste, il me dit :

« Alors tu vas apprendre la peinture à l’huile ! »

Pour lui, comme pour la plupart des dictionnaires, le paysagiste, c’est un peintre qui peint les paysages.

labibMais pour notre activité « paysagère » est toute autre !

Que le beau soit une préoccupation majeure de cette discipline, cela est certain. Mais rien ne peut se faire valablement sans un solide fondement de sciences et de techniques.

Et rien ne servira jamais à rien, sans une bonne connaissance des besoins des Hommes.

Le passant qui admire un bel agencement ignore peut-être tout le travail technique qui a été réalisé, et ne perçoit pas toujours la fonctionnalité qui y est incluse.

Le paysagiste crée un espace d’activité et de vie comme tel il doit associer efficacité et beauté. C’est ce qui le démarque de l’artiste pur, donc du peintre paysagiste…

Le paysagiste n’est pas un créateur absolu, il utilise « le terrain ».

Son domaine est celui de la vie et des problèmes de tous les jours. La nature est à l’image du monde, elle peut être noble, elle peut être modeste, mais c’est toujours la vie que sert le paysagiste.

Versailles 1988

Jamal Eddine LABIB